Les Histoires d’A – Andromaque débarquent en Valais, la suite de la tournée passe par le TLH et le Crochetan

22 février 2015

Après un mois de représentations sur l’arc lémanique à l’Arsenic et au Reflet, découvrez la dernière création de la  compagnie Alexandre Doublet, les Histoires d’A – Andromaque au TLH du 3 au 7 mars puis les 12-13-14-15 à Monthey à l’Atelier du Raccot.

Tous les détails

Les Histoires d’A – Andromaque à Sierre

Les Histoires d’A – Andromaque à Monthey

Revue de Presse Racinienne : Les Histoires d’A – Andromaque

19 février 2015
Photo : Dorothée Thébert Filliger

Photo : Dorothée Thébert Filliger

Photo : DOrothée Thébert Filliger

Photo : DOrothée Thébert Filliger

Quelques article, interview et reportage : Les Histoires d’A -Andromaque dans la presse romande

RTS info, le 26 janvier 2015 une interview d’Alexandre Doublet

– Le 24 Heures,  le 2 février 2015

et encore le 24 Heures  du 5 février 2015

– Vertigo sur la RTS le 9 février 2015

– La Télé aux informations, le 19 février 2015

– Zone Critique RTS du 1 mars 2015

– les Matinales RTS du 16 février 2015

 

Les Histoires d’A – Andromaque à l’Arsenic

12 janvier 2015

La Cie Alexandre Doublet est heureuse de vous inviter à son nouveau spectacle, lauréat du prix Label Plus, Théâtre Romand, 

Les Histoires d’A – Andromaque, du 3 au 7 février à 19h30 au théâtre de l’Arsenic, Lausanne 

Les histoires d'A - Andromaque

Oreste aime Hermione, qui veut plaire à Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime son fils Astyanax et son mari Hector qui est mort.

Et au milieu, témoin de ces atrocités, Astyanax, fils d’Andromaque, représenté sous la forme d’un choeur d’enfants, seul face à la violence des adultes.

A partir de l’œuvre de Jean Racine, Les histoires d’A – Andromaque propose sa propre vision, son questionnement, un théâtre direct, axé sur l’intimité de ces héros, un projet aux accents «cassavetiens».

Les autres dates:

Les 19-20-21 février au Théâtre le Reflet de Vevey

Du 3 au 7 mars au TLH, Sierre

Du 12 au 15 mars au Crochetan à Monthey 

 

Deuxième phase de création pour Les Histoires d’A – Andromaque

11 décembre 2014

Depuis le 1er décembre, la compagnie Alexandre Doublet est en création au Crochetan et planche sur une nouvelle pièce : Andromaque. Après Tchekhov et Shakeaspeare, Alexandre Doublet a décidé de s’attaquer à un nouveau grand monstre du théâtre classique : Jean Racine.

Les Histoires d'A - Andromaque, Photo de répétition

Les Histoires d’A – Andromaque c’est Oreste qui aime Hermione, qui veut plaire à Pyrrhus, qui aime Andromaque, qui aime son fils Astyanax et son mari Hector, qui est mort… Cette chaîne amoureuse sera portée sur scène par Roland Gervet, Malika Khatir, Baptiste Morisot, Fiamma Camesi et Julien Jacquerioz. Le personnage d’Astyanax est lui assumé non pas par un seul enfant, mais sous la forme d’un choeur d’enfants qui sera comme plantés là, sur cette scène, sans trop savoir pourquoi, faisant face au langage des adultes toujours plus violent.

Lauréate du prix Label + Théâtre romand

12 septembre 2014

La compagnie Alexandre Doublet et son nouveau projet les Histoires d’A – Andromaque ainsi que Yan Duyvendak avec Sound of Music sont les gagnants du prix Label + théâtre romand. Ce prix récompense a pour but de promouvoir la création théâtrale professionnelle en Suisse romande en favorisant la production et le rayonnement de projets d’envergure.

Vers le communiqué de presse de Label +

All apologies – Hamlet, c’est reparti!

14 août 2014

06_Hamlet

All apologies – Hamlet

12 adolescents et 3 comédiens professionnels décortiquent l’histoire d’Hamlet et la restituent sous forme d’un spectacle passionnant, intense, drôle et émouvant.

All apologies - Hamlet

All apologies – Hamlet

Vous les avez aimé, ils vous ont fait rire, pleurer, frissonner et vous rêvez de les revoir? Ou alors, faites-vous partie des malchanceux qui n’ont pas pu avoir de place, vu que toutes les représentations précédentes étaient complètes?

Ne vous inquiétez pas, All apologies – Hamlet est en reprise en Valais, à Genève et à Vevey.

– Théâtre les Halles, Sierre, les 18-19-20 septembre 2014 à 19h30
Forum Meyrin, Genève, le 27 septembre 2014 à 19h
le Reflet, théâtre de Vevey, Vevey, le 4 octobre 2014 à 20h et le 5 octobre à 17h

All apologies - Hamlet

All apologies – Hamlet

All Apologies – Hamlet part en tournée!

9 janvier 2014

Les 11-12 janvier 2014 au théâtre du Crochetan à Monthey

Les 17-18 janvier 2014 au théâtre du Loup à Genève

Image

A découvrir ou revoir, l’équipe de All Apologies – Hamlet part en tournée.

Du Hamlet comme vous n’en avez jamais vu, avec 12 ados vivants sur scène et 3 pros, qui vous feront passer du rire aux larmes. C’est davantage qu’un spectacle. C’est une recherche, une rencontre, une quête identitaire, un questionnement sur l’adolescence à travers Shakespeare dont le Hamlet pose cette question existentielle: «Etre ou ne pas être?» Douze jeunes de Sierre et de Sion et trois comédiens professionnels se confrontent à l’œuvre classique. Les scènes de la pièce alternent, les questions, les explications, les étapes de travail.

La première lecture, il y a plus d’un an ça donne ça : http://vimeo.com/55261129

Ecoutez l’avis des journalistes de Zone critique (RTS) : http://www.rts.ch/espace-2/programmes/zone-critique/5339568-zone-critique-du-15-11-2013.html

All apologies – Hamlet

9 octobre 2013

Un spectacle sur l’adolescence avec des adolescents de la Cie Alexandre Doublet

C’est davantage qu’un spectacle. C’est une recherche, une rencontre, une quête identitaire, un questionnement sur l’adolescence à travers Shakespeare dont le Hamlet pose cette question existentielle: «Etre ou ne pas être?» Douze jeunes de Sierre et de Sion et trois comédiens professionnels se confrontent à l’œuvre classique. Les scènes de la pièce alternent, les questions, les explications, les étapes de travail.

Image

Avec Valeria Bertolotto, Olivia Seigne et Tomas Gonzalez,

Et douze ados de la région de Sierre et Sion : Nina Pellegrino, Thomas Défago, Giovanni Calabretto, Issam Fumeaux, Ludmilla Reuse, Nikita Allégro, Tom Loretan, Noé Savioz, Alan Coppey, Candy Dumas, Max Poletis, Tristan Proton.

Texte de William Shakespeare et Adrien Rupp

Mise en scène Alexandre Doublet

Assistanat à la mise en scène, diffusion et médiation : Florence Proton

Scénographie et costumes : Nicolas Fleury

Dramaturgie : Valeria Bertolotto

Coach vocal : Charlène Martin

Son : Thomas Sillard

Lumières et régie générale: Aurélien Cibrario

Arsenic Lausanne

du 29 octobre au 2 novembre (relâche le 30 octobre)
ma, je, sa 19h / me, ve 20h30

Théâtre les halles (TLH) , Sierre
du 21 au 23 novembre à 19h30
et du 27 au 30 novembre à 19h30

Théâtre du Crochetan, Monthey
samedi 11 janvier 2014 19h
dimanche 12 janvier 2014 à 17h

Théâtre du loup, Genève
vendredi 17 janvier 2014, 20h
samedi 18 janvier 2014, 19h

Crédit photo: Florence Proton, Nicolas Fleury

Voyage à Paris pour la Cie Alexandre Doublet

23 septembre 2013

Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité s’installe pour une semaine du 1er au 5 oct 2013 dans la capitale française au Centre culturel Suisse.

Episode 1: Perfect Day, mardi 1 octobre

Episode 2 : Sweet Dreams, mercredi 2 octobre

Episode 3 : Sunday Morning, jeudi 3 octobre

Intégrale : Samedi 5 octobre

Image
Avec sur le plateau:
Kathy la bonne de la maison et l’admiratrice de Anne
Anne, la jeune veuve de quarante ans
Nicolas, le jeune médecin coureur de jupons
Serge, le beau-fils de Anne et le mari de Sophie
Michel, l’homme que tout le monde aime
Sarah, l’épouse de Michel, la mère du Petit Grégory et la sœur de Nicolas
Marie, la jeune étudiante de 20 ans et la maîtresse de Nicolas
Sophie, l’épouse de Serge et l’ex petite amie de Michel
Dylan le bad boy de l’histoire et l’amant de Anne

THE pitch:
Platonov de Tchekhov revisité en trois épisodes.

Dans Perfect Day, on découvre sur une terrasse 100% plastique une clique de trentenaires se retrouvant pour fêter le retour de Michel. Maillots et lunettes flashy, c’est à qui saura le mieux nous séduire en interprétant des tubes planétaires.
Dans Sweet Dreams, la fête bat son plein : boules à facette et paillettes cachent les blessures des personnages qui peu à peu tombent leur masque.
Avec Sunday Morning c’est autour de la baignoire de Michel qu’on les retrouve pour savourer une dernière fois l’acide et le spleen tchekhovien de cette comédie humaine.

Qu’on se le dise : chaque épisode peut être vu indépendamment des autres et/ou dans un ordre aléatoire. Mais l’addiction guette…

(photo sur l’affiche: Nora Rupp)

IL N’Y A QUE LES CHANSONS DE VARIETE QUI DISENT LA VERITE

16 septembre 2013

 

Dimanche 22 septembre à l’Arsenic – l’intégrale

D’après Platonov d’Anton Tchekov,

Une série théâtrale en trois épisodes indépendants 

 

11h – épisode 1: Perfect day – durée : 2h30

15h – épisode 2 : Sweet dreams – durée : 3h avec entracte

19h30 – épisode 3 : Sunday morning – durée : 3h avec entracte

Image

EPISODE 1 PERFECT DAY

 Le début des aventures de Anne, Sophie, Nicolas, Marie, Serge, Sarah, Michel, Grégory, Dylan et Kathy qui, par une belle journée d’été, s’ennuient à mourir. Ils sont réunis pour fêter le retour de Michel, le mariage de Serge et Sophie, l’arrivée de Marie dans la famille. Sur sa terrasse 100% plastique, Anne reçoit ce petit monde qui ressemble étrangement à celui de Platonov de Tchekhov.

Un cadre à la hauteur de cette épopée humaine où un certain héros est attendu. Dans ce premier épisode qui inaugure une série théâtrale en trois parties, tous se pressent au portillon de l’héroïsme ; tous cherchent à nous séduire par des représentations narcissiques d’eux-mêmes. A tour de rôle, ils viendront chanter des tubes pour exprimer ce qu’ils ressentent. Car, comme le dit si bien le titre générique de cette série fleuve, Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité.

ÉPISODE 2 SWEET DREAMS

La nuit tombe sur Voïnitsevka, pour Anne, Sophie, Nicolas, Marie, Serge, Sarah, Michel, Grégory, Dylan et Kathy la soirée ne fait que commencer et chacun profite de la fraîcheur de l’obscurité. Tous sont là, mangent, parlent, chantent et dansent en même temps que leurs destins se tissent.

Sweet Dreams reflète ce désir d’amusement et de futilité qui ne fait que cacher l’essentiel : les blessures laissées par le temps et le besoin de combler un vide permanent.  Sweet Dreams est ainsi l’histoire d’une fête qui n’en finit pas, où une bande de trentenaires attend que quelque chose se passe enfin. L’histoire d’une nuit où tout bascule, où la chair prend le pas sur la raison, où les masques se fendent, où les êtres s’épuisent. Une nuit où la vitalité se transforme en inertie, laissant la sensation que rien ne sera plus jamais comme avant.

ÉPISODE 3 SUNDAY MORNING

 En ce dimanche matin, la radio de la salle de bain est allumée. On entend les premières notes mélancoliques d’un piano, et puis les mots d’une chanson populaire qui font peur quand ils ne font pas rire, qui sont dans tant de films, de chansons et de livres. En ce dimanche matin, tous se préparent à fêter le plus beau jour de leur vie. Tous se préparent à se marier avec Michel ! Seul et unique homme de leur vie. Tous aime Michel et Michel les aime tous. Et puis ces mots « Allez, quand on boit, on boit… Si on boit, on crève, mais si on ne boit pas, on crève aussi… alors, buvons. » comme pour ne pas regarder, ne pas écouter l’absurdité de ces mariages impossibles.

Sunday Morning raconte l’histoire d’une bande de trentenaire traversée par le désir puissant d’aimer et d’être aimé, sonnant ainsi la fin de cette comédie humaine aux accents « Tchekhoviens ».

Avec :

Mise en scène

Alexandre Doublet

Collaboration artistique 

Nicolas Fleury

Interprétation

Diane Muller – Kathy la bonne de la maison

Jacqueline Ricciardi – Anne, jeune veuve de quarante ans, générale

Aurélien Patouillard – Nicolas, jeune médecin

Adrien Knecht – Serge, beau-fils d’Anne, fils du général Voïnitsev

Adrien Rupp – Michel, jeune instituteur

Emilie Vaudou – Sarah, épouse de Michel, mère du Petit Grégory et sœur de Nicolas

Charlotte Nagel – Marie, jeune étudiante de 20 ans

Valéria Bertolotto – Sophie, épouse de Serge

Vincent Fontannaz – Dylan, « bad boy » et amant d’Anne

Création musicale originale 

Viviane Pavillon

Laurent Waeber

Vidéo

Lionel Rupp

Dramaturgie Lumières

Aurélien Cibrario

Photo

Nora Rupp

Son

Thomas Sillard

Cédric Simon

régie générale

Aurélien Cibrario

Guillaume Gex

coaching vocal

Charlène Martin

administration

mm- Michaël Monney et Alexandre De Charrière

DIffusion

Florence Proton